Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

 
1 /extension/smb/design/smb Rechercher
Fermer

Interview de Alexandre Hamelin

Scénariser des reliefs avec un shaper, fondateur de H Concept et responsable de la section Freestyle à La Clusaz.

Vous exercez le métier de « shaper à la journée ». En quoi consiste votre travail ?

À l’instar de mes collègues dameurs, je travaille la neige et gère mes équipes pour faire en sorte que les espaces ludiques et les snowparks puissent accueillir le public dès 9h, dans de parfaites conditions de sécurité et de qualité.


Pour cela, vous modelez la neige jusqu’à créer de savants reliefs ?

Oui, mais pas seulement ! En amont, le shaper doit faire preuve de créativité pour composer des modules attrayants, calibrés pour différents niveaux de difficulté et répondant à la norme AFNOR. Ensuite, vient le temps du terrassement des tremplins, puis du travail de la neige. À l’aide d’engins de damage, de pelles, de râteaux, de couteaux à neige, mais aussi de ballons et de coffrages, nous façonnons des tremplins, tunnels, arches, igloos, half-pipes, etc. Nous brassons ensuite la neige pour chasser l’air et former une sous-couche stable et compacte. Enfin, au quotidien, nous veillons à la qualité de la neige et recourrons à la neige artificielle pour améliorer la cohésion du sol. La neige est une matière des plus agréables à travailler : on peut faire et défaire à l’infini, sans que demeure la moindre trace. En retour, elle est aussi très exigeante, car de nature instable.

 © © Alexandre Hamelin

Vous avez donc une approche à la fois esthétique et technique de la neige ?

En effet ! Nous nous attachons à finaliser le rendu visuel de chaque module qui doit être parfaitement taillé. Nous intervenons aussi sur les pentes pour adapter le niveau de difficulté à la qualité de la neige, selon que cette dernière est dure, glacée ou trop mouillée. Chacun de ces deux aspects compte puisqu’on estime que 30 % des utilisateurs d’un snowpark sont des contemplatifs, juste là pour le plaisir des yeux !

 © Christian Haase

Votre activité pourrait-elle devenir plus importante avec cette tendance à la scénarisation des pistes ?

Je le pense. J’ai vécu moi-même l’émergence du freestyle, en tant que pratiquant de ski de bosses et de disciplines alternatives (Big Air, Slope Style, Half Pipe), puis en qualité de shaper. Entre les premiers snowparks d’il y a 15 ans et les espaces ludiques d’aujourd’hui, les reliefs ont gagné leur place au sein des domaines skiables. La scénarisation des pistes permettra de répondre aux nouvelles attentes des skieurs en quête d’une diversité de sensations sur les pistes. Le shaper aurait alors pleinement un rôle à jouer.


Infos pratiques

Pour en savoir plus

Office de Tourisme de La Clusaz

161 place de l'église 74220 La Clusaz Tel. : 04 50 32 65 00

Dans la même thématique

  Inscrivez-vous à notre newsletter