Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

 
1 /extension/smb/design/smb Rechercher
Fermer

Le château de Miolans, ode médiévale

Dressé sur un éperon rocheux adossé au massif des Bauges, le château de Miolans est le seul édifice médiéval rhônalpin aussi bien conservé. Il ouvre volontiers son pont-levis aux visiteurs.

Au-dessus de Saint-Pierre-d'Albigny à 550 mètres d'altitude, il se dresse fièrement, telle une sentinelle surveillant le point de rencontre de la combe de Savoie, de la Maurienne et de la vallée du Gelon. Le château de Miolans, spectaculaire forteresse témoignant de l'architecture castrale du Moyen-Age tardif, jouait un rôle stratégique à l'époque de sa construction. "Deux périodes se distinguent", explique Stéphane Dor, propriétaire des lieux. "De 1083 à 1564, la famille Miolans a édifié le château. De 1564 à 1792, ce sont les Ducs de Savoie qui l'ont utilisé comme prison d'état".

Château de Miolans – St Pierre d’Albigny

Livré à l'abandon à la fin du XVIIIe siècle, le site fit l'objet de pillages et de dégradations avant d'être racheté en 1869 par le préfet de Savoie, Eugène Guiter. Christian Dor, qui hérita du château en se mariant, transmit à son fils, Stéphane, une véritable passion pour ces vieilles pierres.

De frais souterrains, des escaliers à vis, un pont-levis ou un impressionnant donjon de 23 mètres de hauteur s'offrent au regard des visiteurs. Derrière les hautes fortifications, des jardins recèlent une foule de plantes aux vertus médicinales culinaires, tinctoriales et même magiques. Cédric Brugnier, historien de Miolans, salue la qualité des restaurations qui ont su préserver l'authenticité et l'histoire du château, rendant ce lieu exemplaire pour les archéologues, les enseignants et les élèves.


 © Château de Miolans/EDY

Soucieux de partager son amour de Miolans, le propriétaire est également très attaché à l'action solidaire menée chaque année lors des Journées du Patrimoine. "Depuis le décès de ma grand-mère il y a 15 ans, nous versons toutes les recettes de billetterie des Journées du Patrimoine à deux associations qui oeuvrent en faveur des personnes âgées, les Fils d'Argent et l'association d'Aide à Domicile en Milieu Rural (ADMR)". 

Le Marquis de Sade fut l'un des illustres prisonniers du château de Miolans. Enfermé pour empoisonnement en décembre 1772, l'écrivain philosophe s'évada quatre mois plus tard dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1973, en compagnie du Baron de Songy.


Malgré une fréquentation régulière de 15 000 à 20 000 visiteurs chaque année, le château de Miolans peine à rassembler suffisamment de fonds pour réaliser tous les travaux de restauration nécessaires. Classé monument historique depuis 1944, il fait l'objet de chantiers ponctuels d'aménagement dont l'objectif est à la fois de mettre en état certaines parties de l'édifice et d'élargir la palette d'activités proposées au public. "Dès que nous disposons de fonds suffisants, nous entreprenons des travaux. Mais notre trésorerie ne nous permet pas d'effectuer toutes les interventions en même temps", regrette Stéphane Dor.

Mag Savoie Mont Blanc n°12 - Texte Marie Paturel / YPM 



Pour en savoir plus

Dans la même thématique

  Inscrivez-vous à notre newsletter