Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

 
1 /extension/smb/design/smb Rechercher
Fermer

Vanoise : découvrir les espèces protégées sans les déranger

Le Parc national de la Vanoise accepte de dévoiler ses secrets à celui qui sait être attentif et respectueux. Ses 400 kilomètres de de sentiers balisés permettent de partir à la rencontre d'une biodiversité exceptionnelle.

Découvrir les espèces protégées sans les déranger

La faune et la flore sont caractéristiques des Alpes. Pour préserver la tranquillité de ces espèces, quelques règles simples doivent être respectées. Cela commence avant même d'être sur place, en privilégiant les modes de déplacement doux pour se rendre au Parc : transports en commun, covoiturage ou encore vélo pour les plus sportifs. Eviter d'emmener promener son chien, il n'est pas accepté dans le Parc, tout comme les vélos et tout objet volant ou motorisé. Limiter son impact sur le territoire passe aussi par limiter sa consommation d'eau et d'énergie dans les refuges et remporter ses déchets. Et pour que chacun puisse en profiter, fleurs, fruits, minéraux, fossiles et animaux, bien évidemment, ne sont pas des souvenirs à rapporter chez soi.

La marmotte, star des montagnes

Aigle

125 espèces d'oiseaux répertoriés

La quasi-disparition du bouquetin a motivé la création du Parc de la Vanoise en 1963. Aujourd'hui, cet espace compte la plus grande colonie française. Les bouquetins se réfugient sur les hauteurs escarpés pour éviter les grosses chaleurs. Il faudra donc se lever tôt ou attendre la fin de la journée pour pouvoir les approcher. Souvent situés près du refuge Régaud, voire même au travers du chemin, une nuit au refuge du mont Pourri permet d'être facilement sur place.

Sur les 125 espèces d'oiseaux répertoriés dans le Parc, le gypaète barbu est le plus célèbre. Ce géant des airs est menacé d'extinction et l'on compte seulement quatre couples reproducteurs en Vanoise. L'un des nids - inaccessibles - est installé aux abords de la cascade du Nant Putors, près de Rosuel.


La marmotte est l'une des espèces les plus populaires de montagne. Reconnaissable à son cri strident, son observation est très facile sur le plan de la Plagne et vers les Mindières. Une paire de jumelles, de la patience et un peu de chance aussi seront nécessaires pour admirer hermines, chamois, tétras-lyres, tichodromes échelettes et autres aigles royaux.

Le Parc national de la Vanoise n'a pas encore dévoilé tous ses secrets. De nouvelles espèces et connaissances sur ces êtres vivants sont encore découvertes aujourd'hui.


Bouquetin dans le Parc national de la Vanoise
Gypaète Barbu
Chamois

Focus : garde-moniteur, un métier passion

Ils ont souvent, à tort, une image de policiers de la nature. Or, si le Parc de la Vanoise reste une terre préservée, dont les visiteurs peuvent admirer la beauté immuable, c'est bien grâce aux gardes-moniteurs. Une vingtaine d'entre eux veillent au quotidien sur le territoire. Au service de la nature et des hommes, ces agents permettent à chacun de coexister en harmonie. Leur mission : sensibiliser petits et grands à la protection de l'environnement, veiller au respect de la réglementation, étudier le milieu naturel par un suivi scientifique, participer à la vie locale en coopérant avec les différents acteurs et entretenir les sentiers, la signalétique et les bâtiments du Parc.

"On ne fait pas ce métier par hasard" - Benjamin Plumecocq

Benjamin Plumecocq, garde-moniteur du Parc de la Vanoise

Le saviez-vous ?

Le Parc national de la Vanoise compte 1 400 espèces végétales, dont 65 sont protégées. C'est notamment grâce à cette flore variée que l'on obtient le goût de caractère du beaufort. Avec son élégance art déco, l'ancolie des Alpes en est l'une des espèces emblématiques. Tout comme la dracocéphale de Ruysch, dont la forme lui a donné le nom de tête de dragon. Unique en France, le bleu intense de la gentiane à calice renflé ne se trouve qu'en Vanoise. Plus commune, la primevère du Piémont affectionne les roches acides, près du refuge du mont Pourri du rocher des Mindières ou du sentiers des Cascades par exemple.

Pour rappel, la cueillette est interdite dans le coeur du Parc. Pour garder un souvenir, mieux vaut donc utiliser sa mémoire photographique, ou un appareil de même qualité.

Texte : Emmelieke Odul/YPM


Ancolie dans le Parc national de la Vanoise
Fleurs - Parc de la Vanoise
Fleur de montagne de la famille des Saxifragacées - Parc National de la Vanoise

  Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement le magazine Savoie Mont Blanc