Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

 
1 /extension/smb/design/smb Rechercher
Fermer

Aime-la-Plagne

Aime historique

  • Aime la Plagne
    Aime la Plagne © Philippe Gal
  • Aime la Plagne
    Aime la Plagne © Philippe Gal
  • Aime la Plagne
    Aime la Plagne © Philippe Gal
 
 
45.556357 6.652120 /extension/smb/design/mobile/images//global/marker_active.png

Contact

La Plagne Vallée

Nommée Axima sous l’Empire Romain, Aime à toujours été une ville de passage pour le commerce d’abord et pour le tourisme ensuite. Cette petite ville s’inscrit dans la tradition d’accueil chère aux savoyards et offre de nombreuses curiosités à découvrir :

Basilique Saint Martin
Les romains jalousaient cette vallée de Tarentaise, bien située, sur la route qui reliait Milan à Vienne (France). Ils enviaient le micro climat, et déjà ils parlaient de ces jolies petites vaches rouges (les vaches de race tarine ou tarentaise), dont le lait donnait du si bon fromage : le caesum vatusicum, l’ancêtre de la tomme.
Fins stratèges, ils soumirent les gaulois-ceutrons vers 21 avant Jésus-Christ, et firent d’Aime, sous le nom d’Axima, la capitale de la province des Alpes Graies, dont l’étendue recouvrait une partie de la Savoie et de la Haute Savoie actuelles.
De cette époque, outre des objets du Musée Pierre Borrione, il nous reste les bases d’un édifice romain. Détruit par une crue de l’Ormente, les premiers chrétiens bâtirent sur ces ruines une première église. Saccagée par le feu, les bâtisseurs de l’an mil réalisèrent au même endroit un joyau de l’art roman de Savoie : La Basilique Saint-Martin. Classée monument historique depuis 1875, elle n’est plus depuis plusieurs siècles un lieu de culte.
A ne manquer : les fresques du 13ème siècle dans le chœur, les pierres gravées romaines, la crypte semi-souterraine, les expositions temporaires.

Tour Montmayeur
Une tour carrée protégée par une enceinte, telle était la construction initiale de ce donjon.
A l’époque féodale, les grandes familles de seigneurs se partagent le territoire, et la Famille des Montmayeur, au même titre que le comte de Savoie était vassale du Saint Empire romain germanique.
Située en bas de la ville, elle contrôlait la circulation fluviale de L’Isère.
Avec l’évolution de l’armement, la tour médiévale n’assurait plus son rôle défensif. Un corps de logis, une tourelle abritant un escalier en vis, et quelques aménagements intérieurs firent de ce donjon, à la renaissance, une résidence agréable. Abandonnée au fil des siècles et enfin rachetée par la commune, elle abrite aujourd’hui des expositions.
A ne pas manquer :
Sur 3 niveaux, maquettes, dessins et fonds sonores vous révèlent les secrets des constructions traditionnelles de la vallée, de la maison du bourg au chalet d’alpage.
La cave raconte ce que fut le vin au moyen-âge (une dégustation d’hypocras vous est proposée, retour dans le temps) mais aussi quels étaient les outils utilisés pour le travail de la terre.
Dans le corps de logis, reconstitution d’une scène de vie médiévale.
Jeu de traduction d’un texte médiéval.
Ecran audiovisuel avec diffusion du documentaire du “Royaume partagé” réalisé par Pascal Bellemin-Bertaz et Didier Bouillot (Version française et italienne).
4ème étage
Cartes historiques
- Le Royaume de Bourgogne et la Savoie (an 1000)
- La structuration de la principauté Savoyarde (XI à XVIème siècle)
- La place de la famille Montmayeur dans la principauté Savoyarde
Jeux éducatifs en bois
- Reconstitution du Château Montmayeur au 13éme siècle
- Emergence des sports et des jeux au Moyen Âge

Des Pierres et des Hommes : Espace archéologique Pierre Borrione
Au sommet de l’ancien oppidum gaulois, offrant une vue remarquable sur la vallée et les sommets environnants, l'espace archéologique a la particularité de montrer ses objets dans une ancienne église.
L’histoire commence au néolithique et galope jusqu’à nos jours.
Le nom de cet espace est le nom du maire d’Aime qui fut un visionnaire, et qui pour anticiper la fermeture des mines de la Plagne rassembla d’autres communes autour de lui pour fonder la station de la Plagne.
Aujourd’hui, la Société d’Histoire et d‘Archéologie d’Aime est gestionnaire des collections du musée, classé Musée de France.
Les visites et l’accueil sont assurés conjointement avec la Plagne Tourisme Vallée.
A ne pas manquer
Une exposition sur des minéraux du monde entier
Vestiges archéologiques antiques
Maquettes des clochers de Tarentaise
Les mines de plomb argentifère

Lire la suite  

Tarifs

Accès libre.

Ouverture

Du 01/01 au 31/12/2019, tous les jours.

Accès

1139 avenue de Tarentaise

Aime

73210 Aime-la-Plagne

  Ajouter à mes favoris

SITRA

Information mise à jour le 05/08/2019 par Office de Tourisme de la Grande Plagne

  Inscrivez-vous à notre newsletter