Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites, pour vous proposer des services et des offres adaptés à vos centres d'intérêts, ainsi que des services de partage et pour optimiser les fonctionnalités du site.
Pour en savoir plus sur la protection de votre vie privée et paramétrer les traceurs.

 
Réservez vos vacances
 
1 /extension/smb/design/smb Rechercher
Fermer

Interview de Sylvain Coutterand

Remonter les glaciers, et le temps avec un glaciologue, membre associé à l’université Savoie Mont Blanc (laboratoire EDYTEM) et conférencier.

On dit souvent que les glaciers sont les gardiens de la mémoire des Alpes. Vrai ?

En partie ! Les glaciers polaires sont, il est vrai, de véritables archives climatiques pour les scientifiques. Les carottages dans la calotte glaciaire du Groenland permettent de remonter 200 000 ans en arrière, et jusqu’à 1 million d’années dans l’Antarctique. Mais dans les Alpes, les déformations et cisaillements qui affectent la masse du glacier font souvent remonter la glace basale vers la surface du glacier : l’enregistrement du climat dans le temps n’est donc pas linéaire dans les glaciers alpins.


Quels indicateurs la glace renferme-t-elle, au mont Blanc, toit de l’Europe ?

Si vous faites un carottage en haut du Dôme du Goûter (4 300 m), vous pouvez lire les faits marquants des 80 dernières années : les essais nucléaires de 1945-1946, l’explosion à Tchernobyl en 1986, l’augmentation des gaz à effet de serre, etc. Mais la glace n’est pas la seule à dévoiler des indices du passé : le front de moraine et les torrents sous-glaciaires livrent eux aussi de précieux témoignages.

 © © Sylvain Coutterand

Quels types de vestiges sont ainsi recrachés par les glaciers ?

Au col du Midi par exemple, on a retrouvé des niches de mitraillettes creusées dans le rocher lors de la guerre 39-45. Sur le front des Dolomites, dans le massif d’Adamello, le glacier Mandrone a rejeté des casques, des guêtres et des objets ayant appartenus aux soldats italiens et austro-hongrois qui se sont affrontés sur les hauteurs alpines durant la Première Guerre mondiale.

Glacier d'Argentière dans le massif du Mont-Blanc

Le recul des glaciers libère ainsi des pans de l’histoire ?

Oui, certains remontent même à l’époque romaine. Après la décrue des années 40, les glaciers des Alpes connaissent une nouvelle phase de recul depuis 1985-1990 : ce qui permet de retrouver, en effet, dans les moraines latérales libérées récemment par la glace, des troncs d’arbres datant de l’âge de Bronze (3 000 ans), voire de la tourbe vieille de 6 000 ans. Autant d’éléments naturels qui avaient prospéré alors que les glaciers étaient plus réduits qu’aujourd’hui, il y a 6 000 à 7 000 ans.


Dans la même thématique

  Inscrivez-vous à notre newsletter